Freeway to ze rien

15 décembre 2007

Premiere journee de travail.

Fabuleux monde qu'est le notre ou les claviers son en qwerty, et ou ta souris deconne, deja que j'ecris pas vraiment bien la langue a Moliere mais si en plus c'est avec le clavier de Shakespear, on est pas rendus, enfin pour ce que ca me gene, c'est pas dramatique, c'est plutot pour l'eventuelle personne qui viendras ce perdre sur cette page.

Enfin bref, etant donner que comme tout bon artiste je sais a peu pres dessiner, et faire des trucs graphiques pas trop moches, et bien, la logique voudrait que je les mettes, oui, mais non.
Quand on debarque a Londres sans son PC, qu'on scouate celui de sa cousine (en plus de lui scouater son plancher avec notre couverture), qu'on a rien dessiner depuis qu'on a debarque a Londres... et bien non, je ne metrais pas d'image avant un certains temps.

En revanche, ecrire je peu, et puis ca soulage de vider mes pensees, qui sont un foutoir sans nom, et puis on sais jamais, peut etre que cela donneras un certains sens a celles-ci au final.

Enfin breph.
Today, premiere journee de taff a Londres, dans un resto assez chique vers Greenwich, Francais de surcrois, rien de particulier a deplorer, sinon le fait qu'etant donner que je devais etre bien habille, et que je n'avais aucuns des standars des annees 30 dans mes placards pour faire classe, j'ai du courir acheter des fringues avant de courir travailler.
Et comme la plus part des choses faites avec empressement, je me suis planter dans les tailles.
Alors le futale, c'est du 38, la plus petite taille en rayons, je doit etre galbe comme une crevette, je nageais dedans, literalement, du coup, demain rebelotte.
Les pompes trop petite, j'ai la peau des talons completement arrache.
Et la chemise...ca allais, jusqu'a ce qu'un verre a vin eu la bonne idee de ce renverser dessus, et etant donne que c'etais mon unique exeplaire, et qu'ici j'ai pas de seche linge, et bien je retourne demain acheter ce que j'ai achete aujourd'hui, mais en mieux.

Sinon...
Rien.
J'ai apprecier sortir du travail a minuit et demi, pour me retrouver a chercher les cle de la chambre ou je suis dans les poches de ma cousine qui etait elle meme quelque part dans Londres en train de repousser les limites  du genre humain avec ces amis.
D'ailleurs elle a une copine blonde vachement bien foutus.
Je repousserais bien quelque limite avec tient.

hum.

*tousse*

caytou.
casse toi.

Posté par Tyller à 06:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]